Mercredi dernier, j’ai eu l’occasion de discussion avec Henri-Pierre de sa passion pour la méditation.

Ainsi, il m’a expliqué qu’il avait découvert la méditation en commençait par le bouddhisme tibétain en intégrant l’Association Zen International puis la communauté « Kosen Sangha ». Cette communauté a été créée par Stéphane Thibault, un dissident de AZI. Elle repose aussi sur les trois grands joyaux du Bouddhisme :

  • Buddha
  • Dharma
  • Sangha

Henri-Pierre m’a alors expliqué que le Buddha pouvait se référer à une « état d’éveil », que le Dharma peut correspondre à « l’enseignement » et la Sangha à la communauté de pratiquant. En continuant les recherches, j’ai pu découvrir que l’interprétation de ces joyaux pouvait différer en fonction des communautés.

La pratique du ZEN peut paraître simple de prime abord mais, en réalité, ce n’est pas simplement s’assoir et arrêter de réfléchir. Pour Henri-Pierre, par exemple, c’est laisser passer ses pensées et observer sa respiration. « C’est vraiment une chose profonde » me précise-t-il.